Les allergies alimentaires

Les différentes allergies existantes

Par Nicolas — 5 minutes de lecture
Allergie alimentaire

L’allergie, qu’elle soit alimentaire ou non, est une réaction immunitaire. Chez les sujets allergiques, l’antigène (que l’on appelle allergène) est reconnu à tord. Il s’en suit une réaction immunitaire spécifique associée avec la production d’anticorps de type E (IgE) entraînant la production d’histamine (et autres substances) responsables des symptômes.

Quelles sont les manifestations allergiques les plus courantes ?

Il existe 4 manifestations allergiques fréquemment rencontrées :

  • la rhinite allergique (zone ORL),
  • l’asthme allergique (zone pulmonaire),
  • la dermatite atopique (zone cutanée)
  • l’allergie alimentaire (zone intestinale).

On entend souvent le terme d’atopie correspondant à la réponse du système immunitaire à des allergènes communs de l’environnement, notamment alimentaires, se traduisant par une production spontanée  d’immunoglobulines de type E (IgE).

Quels sont les facteurs favorables au développement des allergies ?

Les principaux facteurs favorisant le développement des allergies sont :

  • Tout d’abord, l’hypothèse hygiéniste. L’augmentation des allergies serait liée à l’amélioration des conditions d’hygiène au cours du temps, qui limite le contact de notre système immunitaire avec les agents infectieux. L’utilisation croissante et importante des antibiotiques, des vaccins, « l’aseptisation de l’environnement » sont les principales causes mises en avant. Le système immunitaire, n’étant pas assez  stimulé, va réagir contre des substances non infectieuses (allergènes, constituants du soi reconnus comme non-soi) et déclencher des allergies.
  • L’utilisation de « molécules chimiques » dans différents domaines (pharmaceutique, industriels, agro-alimentaire…) tendent à accentuer la sensibilité aux allergènes, à rendre notre terrain « plus faible » et « plus sensible ».
  • Le mode de vie occidental favorise notre exposition aux allergènes domestiques comme les poils de chiens, chats… augmenté par le phénomène de sédentarité important, le tabac, la pollution, le stress, le manque de sommeil…
  • Enfin, les habitudes alimentaires ont beaucoup évolué et pas forcément en « bien » : culturellement, symboliquement, et intrinsèquement. En effet, les nouvelles technologies industrielles de préparation, conservation, les additifs en tout genre « chimiques » qui sont mal reconnus par l’organisme, l’augmentation de la « malbouffe fastfood », la diversification des aliments venus des quatre coins du monde… sont autant de facteurs favorables au développement des allergies par l’introduction de substances nouvelles pour notre système immunitaire.

Les notions de techniques culinaires, d’équilibre alliant variété et diversité, de cuisine « maison » ont diminué au profit de l’alimentation industrielle.

Le déséquilibre de la consommation d’acides gras essentiels oméga-3 et oméga-6 (consommation faible de poissons gras, utilisation d’huiles riches en acides gras oméga 6 comme celles de tournesol, pépins de raisins, germe de blé…) favorise le terrain inflammatoire.

La « pauvreté micronutritionnelle » des fruits et légumes « boostés » par l’agriculture moderne (intensive), la présence majoritaire de céréales et produits céréaliers raffinés associée à une faible consommation quantitative journalière de ces premières denrées alimentaires ne permettent pas d’apporter assez de molécules antioxydantes (vitamines, minéraux, oligo-éléments…) et de fibres : nos défenses contre les différents agents stressants endogènes et exogènes sont ainsi diminuées, notre flore intestinale déséquilibrée et fragilisée, les allergies favorisées.

Réaction allergie alimentaire = 2 grandes phases consécutives :

  • La phase de sensibilisation (asymptomatique),
  • La réaction immédiate, associée aux symptômes des allergies alimentaires.

Les manifestations cliniques peuvent être isolées ou associées, à différents niveaux : cutané, respiratoire, digestif, cardiovasculaire. Cela peut prendre l’aspect de picotements sur les lèvres, démangeaisons, éruptions cutanées, ou encore de troubles digestifs type vomissements, diarrhées, gonflements des muqueuses, étourdissement … Une seule solution : bannir l’aliment ou les aliments en cause, aussi appelés aliments allergènes.

Les signes d’allergies apparaissent habituellement dans les minutes suivant l’absorption de l’aliment (et jusqu’à plusieurs heures après).

Quels sont les aliments responsables d’allergies ?

La liste est, malheureusement, très grande… Pour ne citer que les principaux : céréales contenant du gluten (blé, seigle, avoine, orge, épeautre…), œufs, crustacés, mollusques, arachides, soja, lait, fruits à coque (amande, noix, pistaches,…), céleri…

En conclusion sur les allergies alimentaires

Les allergies aux arachides, aux noix, aux poissons et aux fruits de mer sont les plus souvent impliquées dans les réactions anaphylactiques qui, non traitées rapidement, peuvent évoluer vers le choc anaphylactique (chute de la tension artérielle, perte de conscience, …et éventuellement le décès).

A contrario, certaines allergies ont tendance à s’atténuer, voir à disparaître avec le temps : ce sont les allergies aux protéines de  lait de vache, aux œufs, au soja, tandis que d’autres ont tendance à persister toute la vie : arachides, noix, poissons, fruits de mer, sésame.

Mes autres articles abordant les allergènes alimentaires

 

Nicolas AUBINEAU
Diététicien Nutritionniste du sport et en clinique