La diététique clinique

Le cholestérol

Par Nicolas — 4 minutes de lecture
cholesterol

Le cholestérol est un terme bien connu dans la population française mais peu savent réellement le définir. Beaucoup le voit comme un ennemi de l’organisme, comme une autre vision du gras, de l’obésité (etc.) alors que ce n’est qu’une partie visible de l’iceberg… il existe du bon cholestérol et du mauvais, il ne faut surtout pas faire l’erreur de se focaliser sur le mauvais. Qu’est ce que le Cholestérol ? Comment ça marche ? Où le trouve-t-on ? Voici quelques élements de réponses avec des conseils de diététique clinique.

Les corps gras ou lipides sont indispensables au corps humain !

  • Ils apportent l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’organisme.
  • Ils entrent dans la constitution des membranes de toutes nos cellules.
  • Ils ont aussi un rôle très important dans le transport de certaines protéines ou certaines hormones dans le sang.

On ne peut s’en passer sans risquer de graves carences, même lors d’un régime amaigrissant. Les graisses sont donc primordiales, mais par n’importe lesquelles. En effet, depuis un siècle, de nombreux travaux scientifiques ont mis en évidence le rôle de la qualité des graisses sur la santé. En particulier, les études épidémiologiques montrent une corrélation très forte entre la consommation de graisses saturées, le taux de cholestérol et la fréquence de la maladie coronarienne.

Qu’est-ce que le cholestérol ?

Chaque cellule de notre corps est entourée d’une membrane, ces membranes contiennent une certaine quantité de cholestérol. Dans le cas du cerveau par exemple, nos neurones sont constitués pour partie de cholestérol qui contrôle la fluidité des membranes. Cette substance vitale représente ainsi 10 % du poids déshydraté de notre cerveau.

Le cholestérol est aussi nécessaire à la fabrication de nombreuses hormones (corticoïdes sexuelles), à la synthèse de la vitamine D et des sels biliaires (nécessaires à l’assimilation des graisses).

Nous ne pouvons pas vivre sans cholestérol !!

Où trouver le cholestérol nécessaire pour l’organisme ?

70% du cholestérol est fabriqué par le foie et les 30% restant sont issus de l’alimentation notamment les aliments d’origine animale parmi lesquels les abats (rognon, cervelle…), les œufs (jaune surtout), les crustacés, le foie, le beurre, fromage, crème, viande, poisson…

Il ne faut cependant pas opposer le foie et l’alimentation car cette dernière impacte directement le production de cholestérol du foie donc si vous avez une alimentation déséquilibrée, le foie s’emballera…

Le cholestérol est en grande partie lié à la qualité des graisses ingérées

Les études épidémiologiques montrent une corrélation très forte entre la consommation de graisses saturées, le taux de cholestérol et la fréquence de la maladie coronarienne. Un changement des habitudes alimentaires suffit souvent à rétablir un bon taux de cholestérol.

Pour améliorer votre taux de cholestérol, vous devez essentiellement diminuer les graisses saturées (provenant de graisses animales et des huiles tirées de plantes tropicales, cocotier, palmier) et riches en cholestérol.

Les études le prouvent !

Une étude étonnante a été faite sur un groupe de Japonais de la même origine ethnique. Une partie de cette population japonaise est restée au Japon, les autres se sont installées en Californie. Or, les Japonais installés en Californie qui ont adopté le régime alimentaire américain riche en graisses saturées avaient un taux de cholestérol et un risque de maladie cardiaque très proches des Américains, et de beaucoup supérieur aux Japonais restés au Japon avec leur régime alimentaire traditionnel.

En Crète, où la consommation d’huile d’olive est très importante, les maladies coronaires sont très peu nombreuses => article sur l’alimentation méditerranéenne.

Au Groenland, les Esquimaux qui consomment beaucoup de graisses (oméga 3 d’origine marine) et de cholestérol ont pourtant eux-aussi une très faible incidence de maladies coronaires. Cependant, les Danois qui vivent au même endroit mais ont conservé les habitudes alimentaires du Danemark sont touchés.

Ainsi, certaines graisses apportées par l’alimentation peuvent être nocives au point de provoquer des maladies et de baisser l’espérance de vie, alors que d’autres ont un effet protecteur.

Mes autres articles sur la diététique clinique

 

Nicolas AUBINEAU
Diététicien Nutritionniste du sport et en clinique