La nutrition du sport

Le dopage et les labels antidopage

Par Nico — 5 minutes de lecture
dopage et sport

Tous mes comparatifs me prennent beaucoup de temps car je dois regarder produit par produit l’analyse nutritionnelle, tout rentrer dans un tableau (etc.) ce qui a comme avantage de prendre connaissance des informations sur chaque produit. J’ai remarqué depuis quelques années l’arrivée d’une communication antidopage pour rassurer le client. En soi, c’est une très belle initiative sauf que si vous creusez un peu, certains labels sont plus à but de communication que d’intérêt réel antidopage. En matière de nutrition du sport et notamment compléments alimentaires ou boissons, barres et gels énergétiques, c’est un point à ne pas négliger ! Important, dans cet article, je parle d’un sujet tabou : le dopage. En aucun cas, je ne dis qu’une marque qui a un label non intéressant propose des produits dopants ! Je dis juste que le label ne garantit pas à 100% cela, c’est différent.

Avons-nous tous un risque d’être dopé(e) ?

OUI, mille fois OUI ! Pour beaucoup, le dopage c’est le Tour de France, un réseau, des centaines de milliers d’euros… Mais c’est aussi un médicament mal pris, une contamination croisée, un produit acheté aux États-Unis (exemple) sans vérifier les ingrédients ou autres ! Exemple, en avril 2016, Mamadou Sakho, international français de football, titulaire à Liverpool et en Équipe de France à l’époque. « Le défenseur français de Liverpool aurait consommé un brûleur de graisse, dont il ne connaissait pas la composition » (source lequipe.fr).

En France, il y a peu de risques mais « peu » ne veut pas dire « pas ». Le plus important est une contamination croisée comme (et en caricaturant) de l’EPO médical fabriqué sur une chaîne industrielle, cette dernière n’est pas nettoyée parfaitement et un produit énergétique est fabriqué ensuite. Résultat : contamination !

Différentes études(1) attestent que certains des produits provenant notamment de pays tiers et/ou achetés sur Internet peuvent contenir des substances dopantes

Norme AFNOR NF V94-001 (couverture moyenne)

La norme AFNOR NF V94-001 est, théoriquement, une bonne avancée pour le sportif. Cette norme propose des bonnes pratiques pour sélectionner les ingrédients, organiser la fabrication du produit pour éviter toute contamination fortuite. L’industriel s’engage à conserver des échantillons de produits finis pour aider les autorités compétences en cas de suspicion de dopage. Toutefois, cette norme est auto-déclarative ce qui implique qu’il n’y a pas de contrôle par un organisme tiers et indépendant.

Concrètement, la marque s’engage à ce que son produit ne soit pas dopant, elle stocke des échantillons pour cela, mais si jamais, pour x ou y raison, il s’avère que le produit contenait une substance dopante, que faire ? Cette norme permet d’identifier avec certitude si c’est ce produit incriminé mais ne permet en aucun cas d’assurer à 100% que le produit n’est pas dopant !

Auto label (couverture faible)

 

Ils ont été à la mode jusqu’à ce que la norme AFNOR voit le jour. En effet, cela permet de rassurer le sportif en disant en gros « Moi, la marque xx, je garantis que le produit concerné n’est pas dopant avec mon label ». Ok et… ?

C’est du même niveau que la norme AFNOR NF V94-001 (c’est à dire auto déclaratif) sans les quelques avantages de celle-ci. Très honnêtement, il est inadmissible d’avoir encore ce type de comportement vis à vis de l’antidopage ! D’autant plus qu’Isostar n’est pas la petite marque du coin. J’espère qu’un jour ils vont s’en rendre compte et améliorer cet axe de communication, cela ne pourra que renforcer leur crédibilité.

Sport Protect

 

Il existe, à ma connaissance, un seul label indépendant antidopage : Sport Protect. Ils proposent une certification avec des tests produits réalisés au laboratoire spécialisé de Châtenay-Malabry avec un triple stockage de chaque lot (un chez la marque, un dans un lieu neutre et un chez Sport Protect). Mais cela à un coût contrairement à la norme AFNOR ou à l’auto-label mais n’est-ce pas un indicateur que la marque s’engage sur quelque chose de pertinent pour le client ?

Parmi les marques présentes dans mes comparatifs, voici celles qui sont Sport Protect : Effinov Sport® – Ergysport® – Nutratlétic® – Punch Power® – Duo Tonic®

Et maintenant ?

Comme je le disais dans l’introduction, il y a peu de risque que les produits vendus en France soient dopants mais la garantie à 100% passe forcément par un label indépendant et donc par Sport Protect.

Autres articles sur la nutrition du sport

 

Nicolas AUBINEAU
Diététicien Nutritionniste du sport et en clinique

 

(1) L’article suivant publié en avril 2011 dans le « British Journal of Sport Medicine » donne les références de publications de résultats d’études portant sur les denrées destinées aux sportifs et le dopage : A–Z of nutritional supplements: dietary supplements, sports nutrition foods and ergogenic aids for health and performance—Part 19 L M Burke, S J Stear, A Lobb, M Ellison, L M Castell – Br J Sports Med 2011;45:5 456-458 doi:10.1136/bjsm.2011.084988