Quelle diététique au quotidien? - ITW - Nicolas AUBINEAU

Découvrez des extraits de certaines interviews ou un résumé de mes livres

Quelle diététique au quotidien ?

Voici l’interview parue dans le magazine Triathlète du mois d’Avril 2016.

Pouvez-vous me donner les grandes lignes d’une bonne diététique sportive au quotidien ? Puis à l’approche d’une épreuve ?

Diététique sportiveUne alimentation équilibrée, variée et diversifiée permet le maintien en bonne santé de l’individu et, qui dit bonne santé dit meilleure tolérance à l’effort, meilleure faculté de récupération pendant et entre les séances.

La diététique doit s’adapter en fonction de plusieurs paramètres:

  • du triathlète: âge, sexe, taille, % de masse grasse (MG), dossier médical, …
  • du type d’activité (sprint ≠ Ironman!),
  • du degré d’intensité (compétition/ loisir), de Volume,
  • de la fréquence des séances d’entraînements, compétitions,
  • de son rythme de vie habituel (familial, professionnel), de ses goûts, ses habitudes…
  • et de tous les facteurs inhérents à sa vie.

Il est une nécessité de bien choisir son carburant alimentaire, en qualité puis en quantité. Mais, je tiens à signaler que c’est surtout la qualité de l’aliment et sa fréquence d’apport qui vont influencer fortement votre santé. En effet, la quantité ne sera que le reflet de vos besoins fluctuants jour après jour selon votre état (si vous êtes malade ou pas), votre activité (professionnelle, ménagère, sportive…), la température de votre environnement (notion de neutralité thermique) et bien d’autres points.

 

Les objectifs principaux des triathlètes avant d’aborder une compétition majeure sont de prévenir les déficits en vitamines et minéraux, éviter tout problème digestif, garantir une hydratation optimale et bien sûr avoir une teneur en glycogène musculaire et hépatique optimale (c’est-à-dire les réserves de glucose dans les muscles et le foie). Pour cela, les repas sont composés d’aliments bien tolérés sur le plan digestif et gustatif. Il faut donc éviter les aliments trop fibreux (légumes, pain complet…), les aliments à goûts forts (choux, salsifis, poivrons, oignons…), préférer des aliments normocaloriques, hyperglucidiques avec des aliments à index glycémique bas de préférence, plutôt digestes (éviter fibres, graisses cuites, aliments nouveaux,…) pour limiter les troubles digestifs, boire en abondance (de l’eau de préférence non gazéifiée)…

 

Quels sont les aliments, légumes, fruits, etc… auxquels on ne pense pas, mais qui sont bons pour le sportifs et accessibles à tous ?

 

Tous les aliments naturels sont bons et apportent des éléments macronutritionnels (protéines, lipides, glucides, fibres) et micronutritionnels (vitamines, minéraux, acides aminés, acides gras essentiels…) bien précis. L’alimentation globale doit être favorisée sur le long terme, donc pas d’aliments meilleurs que d’autres, ils doivent juste vivre ensemble. L’éviction d’aliments naturels doit être intégrée lorsqu’une réelle intolérance ou allergie existe, ou si il y a un dégoût avéré pour tel ou tel aliment au niveau organoleptique.

 

Ensuite, c’est la notion de fréquence-quantité d’apport qui est importante qui sensibilise l’organisme, notion de 48h au niveau de la mémoire cellulaire. Apporter en chronique ce qui est favorable et en ponctuel ce qui est moins bon pour l’athlète. Ceci n’engage pas l’éviction et permet la variété sans forcément l’apparition de signes cliniques/paracliniques défavorables à la performance et à la santé en général.

 

La prise en charge de chaque athlète doit être individuelle, il n’y a pas de modèle standard et une seule vision de l’alimentation parfaite… Ramener tout le monde dans le même schéma est la pire des choses et démontre très souvent un manque de recul, de connaissances sur un sujet précis tel que l’alimentation, d’où les gourous, … qui appliquent sans forcément comprendre en adoptant le principe « c’est comme cela et pas autrement » et qui ne prennent pas l’athlète dans son unicité propre, ses propres besoins. Il faut rester humble par rapport à l’alimentation.

 

J’ai vu que vous aviez un article sur la Spiruline ? Quid des compléments alimentaires ?

 

Il est intéressant d’inséré, quand le besoin est présent, des sels de magnésium marin aux vertus neurorelaxantes, des sels de citrate aux vertus alcalinisantes, des infusions de plantes (reine de près, chardon marie…) pour l’équilibre hépatique, des épices pour leurs vertus antioxydantes (curcuma, gingembre…), de la spiruline pour sa richesse micronutritionnelle, la levure diététique, le germe de blé… Ils sont nombreux, naturels et à adapter au cas par cas en fonction du terrain de « chacun ».

 

Quel rythme de repas : combien de fois par jour et à quelles heures ?

 

Il n’y a pas de standard à ce niveau, généralement je pars sur un 3 repas + éventuellement 1 à 3 collations par jour (matinée, après-midi, soirée) mais cela peut être plus en fonction des paramètres propres du triathlète évoqués à la première question.

 

Quelques idées reçues ?

 

Je ne m’étendrai pas là-dessus car elles sont nombreuses et partent très souvent d’une rumeur ou d’un récit d’une ou de plusieurs personne(s), qui, par la force de conviction et à l’image du nuage de lait dans le café, s’étend sur une population et vous fait croire quelque chose qui provoque par la suite la notion d’idée reçue. Si Djokovic mange sans gluten et en plus, en parallèle, il gagne, alors on fait une corrélation simple et on conclue que manger sans gluten fait gagner. Un coup de média et le tour est joué.

 

Ensuite, sur un second degré, il y a peut être une amélioration des performances avec ce régime d’éviction, et peut être d’autant plus pour lui, mais pas forcément pour la majorité de la population et notamment le sportif lambda en quête de victoire où manger sans gluten sera peut-être plus délétère qu’autre chose (aspects énergétiques, psychologiques, organoleptiques…) , mais ce que je veux dire, c’est que le côté 100% cause à effet est à prendre toujours avec des gants quand celui-ci est annoncé évident. Autre exemple et je m’arrêterai là, vous voyez trois blondes à un bar boire de la bière et 3 brunes qui consomment du vin rouge à ce même bar, alors pour reprendre le concept des idées reçues, les blondes préfèrent la bière et les brunes le vin rouge. 🙂

 

Faut-il croire les recettes miracles de toutes les marques de diététiques sportives concernant les barres d’énergie, hyperprotéinées, les gels instantanés, gâteaux, etc ?

 

Il n’y a pas de recettes miracles, les barres, gels, boissons, gateau sport, crêpe de l’effort… sont des composants nutritionnels de composition complexe et unique qui doivent s’insérer dans un schéma alimentaire global. Ce n’est pas le gel ou la boisson ou la barre qui fait « gagner » ou qui « protège »… il faut prendre plus de recul et prendre en compte plus de paramètres: digestibilité, tolérance à l’effort pour un degré d’intensité donné et/ou un volume supporté, ingrédients naturels, réponse aux besoins directs, synergie d’action avec d’autres éléments nutritionnels positive ou négative, paramètres organolesptiques… Toutes ces données sont propres à chacun et diffèrent d’un triathlète à un autre.

 

Cordialement.

 

Nicolas AUBINEAU
Diététicien Nutritionniste du sport et en clinique
Vous souhaitez avoir un suivi alimentaire personnalisé ? Voir les plus-values.

© Pixabay.com / Peggy_Marco
© Deposit.com / steho

Résumé
Vous avez aimé? Notez cet article!
Nom de l article
Quelle diététique au quotidien? - ITW Triathlète magazine
Description
Je vous propose une série de Questions-Réponses sur la diététique sportive au quotidien dans le cadre d'une ITW pour Triathlète Magazine... Bonne lecture.
Auteur
Nom du publieur
Nicolas Aubineau
Logo du publieur
5 Basé sur 58 Note(s)

Partager sur Facebook Partager sur Viadeo

Laisser un commentaire

Articles conseillés

Ravitaillement triathlon

ravitaillement triathlon

Découvrez mes conseils et astuces pour optimiser vos ravitaillements sur triathlon (du S à l'Ironman).

Lire l'article

Probiotique

probiotique

Les probiotiques sont primordiaux notamment lors des efforts longs et/ou personnes sensibles au niveau intestinal.

Lire l'article

Comparatif des produits du marché

comparatif gel HP1

Quels boissons, barres et gels énergétiques du marché français choisir ? Voici mes comparatifs.

Lire l'article
Nicolas Aubineau
6diplômes officiels
autour de la nutrition
(Sport, Santé, Prévention)
+ 700 000visiteurs par an
sur le site
+ 900sportifs
suivis
+ 15 000patients
suivis

Suivez moi sur Facebook

Liens

AFDN entrainement triathlon Cardiocean Croix rouge française trail coaching nutrition Livre athlete food Marathon food

INSCRIPTION NEWSLETTER

Nous respectons votre vie privée, vous pouvez vous désincrire quand vous le souhaitez

Fermer la fenêtre


Si vous souhaitez être au top sur l'alimentation sportive, inscrivez-vous à ma newsletter bimensuelle et recevez en EXCLUSIVITÉ et GRATUITEMENT mes nouveaux articles !

  • Comparatif des produits énergétiques du marché
  • Conseils alimentaires par sport
  • Recettes maison
  • Intérêts des nutriments, ingrédients